AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Le Deal du moment : -37%
Promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro ...
Voir le deal
219.99 €

 

 the way back (r)

Aller en bas 
AuteurMessage
Andreas Kursh

Andreas Kursh

✩ MESSAGES : 29
✩ INSCRIPTION : 22/10/2013
✩ PSEUDO : KITTY.
✩ CREDITS : arabella
✩ AVATAR : D. BARRUECO

FOREVER YOUNG AND BEAUTIFUL
✩ ADRESSE: 000, QUARTIER - NYC/HAMPT.
✩ REPERTOIRE:

the way back (r) Empty
MessageSujet: the way back (r)   the way back (r) EmptyVen 25 Oct - 14:15

Andreas regardait l'enveloppe qui était déposé sur la table basse de son appartement miteux de Brooklyn. Il l'avait tenu à l'écart de lui durant les deux jours où il l'avait gardé dès le moment ou il avait découvert que sa victime n'était pas une bourgeoise des Hamptons. Il se demandait encore quel cas de conscience avait germé dans sa tête pour qu'il prenne la décision de la retrouver et de lui rendre le pactole qu'il aurait pu pourtant utiliser à bon escient pour lui. Il aurait pu trouver des millions de raisons de garder les billets, le besoin urgent d'un matelas pour remplacer celui posé à même le sol qui lui donnait plus de maux de dos qu'un match de boxe, le besoin de nourriture – même s'il volait la plupart de ses aliments à son nouveau lieu de travail – ou simplement en cas d'imprévus qu'il faudrait pouvoir gérer. Mais non, il avait été fermement décidé à rendre l'enveloppe à sa propriétaire de base sitôt qu'il avait su qu'elle ne faisait pas partit de la grande et vaniteuse élite des Hamptons entre le service en argent de la grand-mère maternelle et les perles hors de prix de celle paternelle. Et ce n'était en rien pour se vanter, mais il pouvait presque assuré avec certitude que personne aux alentours, pas même ses riches qui avaient tout, n'aurait prit cette décision. Ne manquait plus qu'à savoir si c'était une belle connerie ou un réelle bon geste. Pouvait-on qualifier ça de bonne action quand on rendait à quelqu'un quelque chose qu'on lui avait volé ? Ce n'était pas comme s'il avait courut après l’inopportun pour récupérer l'enveloppe puisque c'était lui-même qui avait choisi de mettre la main dans ce sac – sans doute contrefait pour qu'il ait tant l'air d'être un de ses sacs de grandes marques – pour la voler.  D'un geste décidé, il attrape l'enveloppe  et quitte son semi-appartement, semi-squat de fumeur de joint, se mouvant dans les rues avec une détermination qu'il espère ne pas perdre en chemin, loin de lui l'idée de revenir sur sa parole muette à lui-même. « Vous auriez pas une clope s'il vous plaît? » Fût ses seuls paroles, il n'avait plus l'argent pour se les acheter lui-même, alors il demandait régulièrement aux passants, assez souvent pour remplir un paquet toutes les semaines. Mais celle-ci, il la fumait déjà, pour passer le temps, ne pas le passer à songer à tout ce qu'il pourrait faire de cet argent plutôt que de le lui rendre. Il arriva aux abords de la plage des Hamptons avec une once d'hésitation, on lui avait dit que la jeune femme venait régulièrement par ici, c'était sa dernière chance de rebrousser chemin. Il avait, après tout, bien plus de raison de ne pas rendre cette enveloppe que de la rendre, la victime ne connaissait ni son visage ni son nom, aucune représailles possible. C'était sa conscience, et uniquement elle, qui le poussa à écraser sa cigarette, retirer ses chaussures et enfoncer ses pieds dans le sable en espérant qu'elle soit quelque part ici. Il mit du temps à épier chaque visage, passant sans doute pour un psychopathe détraqué et sans doute que si Faye, ou pire : Ellana l'avait croisé ici, elles auraient bien ri de sa manière de déambuler, ou plutôt errer, sans savoir ou aller dans un endroit comme les Hamptons ou tout le monde savait ce qu'il voulait faire. Puis il la reconnu. De par son dos uniquement. Son port de tête unique, puis ses cheveux surtout. Parce qu'ils étaient magnifique, cascadant dans son dos avec magnificence. Cette fois, plus d'hésitation, Andreas avance pour se mettre face à la jeune femme. Avec lenteur, son regard dans celui de cette jeune femme dont il ne connaissais rien sinon son statut financier peu envieux, il tendit l'enveloppe qu'il avait volé quelques jours plus tôt, sans un mot. Que pouvait-il dire, de toute façon ? « Je suis désolée de t'avoir rendu ton argent mais comme je me rends compte que t'es sans doute aussi pauvre que moi, je te rembourse. » C'était d'un pathétique presque encore plus irrespectueux que de lui avoir voler sans vergogne l'enveloppe de cache qu'il venait révérencieusement de tendre. Alors il se contenta de rester debout, face à elle, l'enveloppe entre eux, attendant de voir si il allait se prendre une claque ou non. Sa joue était prête.
Revenir en haut Aller en bas
Roksana Aleïev

Roksana Aleïev

✩ MESSAGES : 53
✩ INSCRIPTION : 22/10/2013
✩ PSEUDO : symba(roxane) ✰
✩ CREDITS : liloo_59 avatar ✰
✩ AVATAR : palvin.

FOREVER YOUNG AND BEAUTIFUL
✩ ADRESSE: 000, QUARTIER - NYC/HAMPT.
✩ REPERTOIRE:

the way back (r) Empty
MessageSujet: Re: the way back (r)   the way back (r) EmptySam 26 Oct - 18:39


Faut ressembler à des guignols
Faut que tu passes à la télé
Pour rentrer dans les farandoles de ceux qui ont le blé

j'accuse, saez. (gifs tumblr) ✰


La fin du mois approchait à grand pas, Halloween avec. Dans les familles Aleïev, on avait pas l'habitude de célébrer cette fête, même si en Russie, et particulièrement à Moscou, il est très courant de voir, pendant cette période, des maisons décorées, des enfants déguisées malgré le froid. Mais la famille de Roksana ne pouvait se permettre d'acheter des bonbons et autres sucreries que les parents ne trouvaient pas nécessaire. Mais Roksana peut-être verrait-elle ses parents ? Dans tous les cas, il fallait qu'elle aille leur donner l'argent, afin qu'ils puissent finir le mois en toute tranquillité. Roksana était bien loin de rouler sur l'or, c'était même tous le contraire bien qu'elle ait un métier et qu'elle récolte parfois de l'argent en gagnant quelques concours de dressage. Mais elle sacrifiait les petits plaisirs qu'elle pourrait se faire en donnant l'argent lui restant, à ses parents. Le méritaient-ils ? Pourtant rancunière, la demoiselle se devait de les aider, ayant certainement un sens de la famille plus développé que celui de son frère, qui lui répétait à longueur de journée de ne plus adresser la parole aux parents Aleïev.
Il n'y avait plus de café chez elle. Son frère était passé par là, n'ayant même pas nettoyé sa tasse sale. Roksana souffa et se contenta de la mettre dans l'évier, se promettant qu'au retour, elle la laverait. La machine à lavée était en panne. La demoiselle enfila des talons, très rapidement, en essayant de les accorder à sa veste noire en faux-cuir et son jean skinny. Elle prit son sac et s'en alla rapidement, prenant bien soin à refermer la porte à clef derrière elle. A cette heure tardive, il était peu probable que la plage soit blindée, de plus qu'il y avait un léger vent frais qui soufflait. Lorsque Roksana arriva, elle ne fut pas surprise de voir quelques jeunes et des enfants accompagnés de leurs enfants, ainsi que deux ou trois passants prenant des photos du paysage et du soleil qui n'allait pas tarder à se coucher mais qui illuminait de quelques rayons jaunes/orangés l'eau. La jeune femme retira ses talons, les prenant à la main et s'avança dans le sable afin de s'approcher de l'eau. Dans ces circonstances, il arrivait parfois à Roksana de redevenir enfant en courant après les vagues lorsqu'elles s'éloignaient et en les fuyant lorsqu'elles se rapprochaient. Il y avait trop de monde pour cela, et malgré son imagination qui lui montrait des images d'elle, jouant à ce jeu, son corps restait immobile, ses cheveux se mouvant au rythme du vent. L'interrompant, un inconnu se posta face à elle. Elle se demanda d'abord qui il était, ne reconnaissant pas le moins du monde son visage. Mignon, elle fut au début intimidée et baissa le regard. Mais lorsqu'elle baissa ce dernier, elle vit une enveloppe blanche, tendue vers elle. Intriguée, les sourcils froncés, elle l'attrapa avec délicatesse et vit que cette dernière était ouverte. Elle écarta cette dernière et aperçut des billets. Soudainement paniquée, elle fouilla dans son sac, étant certaine d'avoir laissé l'enveloppe pour ses parents dans ce dernier et pas dans un autre. « Je... je l'ai faite tomber ? » dit-elle, peut rassurée par la situation. Lorsqu'elle pensa au fait qu'il était rare qu'une personne ramène une enveloppe pleine de billets, tombée. « Ou vous me l'avez prise ? »

_________________


l'amour est enfant de la consommation
Revenir en haut Aller en bas
 
the way back (r)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GONE MAYBE GONE ✼ :: SUMMER KIND OF WONDERFUL :: westhampton beach :: hampton beach-
Sauter vers: